Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 mars 2012 1 19 /03 /mars /2012 10:13

 

 

 

Je ne sais pas si vous avez lu différents articles parus depuis quelques semaines au sujet d’une t qui fut autrefois la gouvernante d’un futur président des states ?

Bien entendu, c’est un transsexuel, alors là tout le monde est bien d’accord – les t c’est juste des mecs qui jouent au nanas (les ftms n’existent pas encore) et, bien entendu, m ils furent, m ils sont, m ils resteront – comme si on pouvait en disposer ?!

« C’est des mecs, c’est des mecs » comme glapissaient d’aucunes il n’y a pas si longtemps, en une mémorable séance, dans un lieu non moins mémorable. Et comme elles le pensent toujours aujourd’hui, en le clamant un peu moins fort, mode oblige, voire en nous faisant quelques risettes, quand ce n'est pas carrément en se remblayant politiquement avec nos histoires - mais n’en espérant pas moins le « grand retour des choses ».

On peut même admettre, après tout : essentialisme, assaisonné de quelque haine, rien de plus. En soi ça se tient, on y croit ou pas, voilà. Et je me refuse à empêcher qui que ce soit de penser quoi que ce soit, même si ça l’amène à me zieuter avec des envies de meurtre. Parce qu’alors c’est encore plus mal parti que si.

 

Mais alors, pourquoi dans le même article du Monde du 18 mars, au milieu du déluge pointilleux et ordinaire de masculin, devient-il subitement, au détour d’une phrase sur des activités passées, une prostituée ? Bref une femme. Puisque que c’est, ç’a toujours été, sera pour les éternités des éternités un mec, ce devrait être « un prostitué ».

Eh bien non. La prostitution, ce mot tortillé pour paraître dégueu et infâme dès qu’on le prononce, voire qu’on le pense, c’est pour les nanas, point. Ça vous fait nana même un mec. Dégueu égale femme, ou inversement ; même les gays misogynes vous le diront (en tous cas, à moi, ils me l’ont dit !). Qui donc fera une somme, une recension, de la peur et du mépris du féminin, au temps présent ? Femme donc. Juste le temps bien sûr de la passe. Avant et après c’est toujours un mec, tout de même. Et ce n’est pas là non plus, vous le pensez bien, une félicitation ! Que nous, les t, soyions f ou m, c’est toujours mal, déficitaire et puant.

 

C’est éternellement captivant, même quand on le connaît jusques à l’écœurement, que le spectacle de cette gymnastique rythmique sexualisante qui rassemble les journalistes les plus obtuSEs et certaines de nos camarades.

 

En plus, tout est bien qui finit bien. La personne en question a renoncé, vu la haine envers les T (et les femmes en général) qui montait dans l’effervescence traditionaliste au pays dont elle ressort, à « effer ». Donc finalement l’affaire est close. Au fond, on ne peut pas certifier ce qu’une personne est avant qu’elle soit morte, quoi, puisque rien de transitoire n’est paraît-il réel, dans l’absolutisme retrouvé des néo-matérialismes. Comme ça les bestioles se gardent bien, efficacement.

 

Il est vrai que, pendant ce temps là, d’ardentEs fixateurEs du réel continuent à nous buter, ici ou là ; directement ou indirectement ; grâce à elleux, on est sûres de crever dans notre peau, et donc d’être, définitivement. Et quand on ne nous bute pas, nous nous flinguons. Pas d’assignation plus radicale ; les papillons épinglés dans la tite boîte. De quoi nous plaignons-nous donc ?!

 


Partager cet article

Repost 0
Published by

La Bestiole

  • : Divergence transse, féministe, communiste - Le placard à Plume, la fem-garoue
  • : Ebranchée, schlemihlah, communiste, féministe - la transse la moins queer, la moins fun, la plus antisexe, antinaturaliste, antisubjectiviste du quart sud-est. Clodote d'hamsterlande, casserole détachée de la queue de l'alternoféminisme. A gauch' de la gauch' de la gauch' de l'extrême gauche. Résolument opposée au backlash réac-libéral pro sexe, pro marché, pro nature, pro religion, comme aux catéchismes moraux-politiques en tous genres. Moderniste novatrice, universaliste négative, apostate de l'intersectionnalisme, philogyne, philosémite. Pour un anti-monde de nanas paresseuses et la ruine radicale de la masculinité, de l'économie, de la sexualité, de la fierté, du pouvoir.
  • Contact

ni alliées, ni amies, ni copines, ni soeurs ; autonomies transses

.

Recherche

Épines