Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mai 2012 7 06 /05 /mai /2012 16:50

 

 

Je me gaussais l’autre jour du mouvement de panique convulsive qui empêchait diverses assoces de signer un appel à la gratuité effective des soins médicaux, panique et dégoût motivées par la présence parmi les signataires des affreuXses, nommément ActUp et le Strass. Je daubais que même si c’était contre la peine de mort ou leur propre supplique de grâce, rien à faire, elles n’apposeraient pas leur paraphe au bas de cette demande. Pas jouxter les puantes. Mourir pures.

 

Ça me fait rigoler pasque je signe pas, plus, tout court. Faire masse m’indispose, d’autant que c’est toujours faire masse pour des trucs qui, d’une manière ou d’une autre, me font mal au ventre. C’est ma manière de mourir pure, abstentionniste.

 

Et puis là, voilà que paraît un manifeste néo-féministe, politique des identités quoi, « Nous, féministes ». Pareil. Les identités sacrées et les fascinations exotisantes, la lucidité qui sortirait fatalement du puits des oppressions, j’ai déjà donné et même payé. Cher. Et suis pas la seule. Et même si. Je marche plus. Je signe pas. Non plus que j’approuve la systématique, même si je reste d’accord avec la plupart des conséquences, ainsi qu'avec le refus de la haine baveuse – mais pas avec la logique fétichiste par où elles y mènent.

Je contemple avec goguenardise aussi les éructations des tradies, qui attaquent ce manifeste en s’étranglant… exactement sur les mêmes bases idéologiques : la métaphysique des identités de recours. Les classes providentielles. La comptabilité comme ultima ratio. Il n’y a de vraie lutte politicarde que dans la concurrence sur la même gamelle, à qui jouera le mieux le rôle pour se l'approprier. Comme toujours, l’approche critique, suspecte, ringarde, déplaît à toute la clique.

 

Je vais revoir, curieuse, le dit manifeste, voir qui l’a signé récemment, et oups, en plein milieu de la tripotée de sociologues, dont il est vrai pas mal de mecs, qui s’y presse à la queue leu leu, dont mon adorable Fassin que j’affectionne pour sa pâteuse et opportune correction, Negri ! Toni ! Et là je me dis, nan, si jamais je devais signer, pas avec Negri, l’apôtre des « transformations » du néo-capitalisme virtuel. Je signerais avec OLF, si nécessaire me semblait. Peut-être même avec Fassin, à la dernière extrémité. Je signerais pas avec Negri. Préfère crever.

 

Et telle est prise qui croyait prendre : moi aussi j’ai la panique de la signature. Fut-elle virtuelle puisque je préfère ne rien signer tout court. Et le fétichisme de celleux avec qui on ne doit rien défendre, même soi-même, même la plus élémentaire vérité.

 

Mais je crois profondément, finalement, aussi, qu’on ne doit pas traîner avec n’importe qui. C’est ça qui m’a démolie au cours de ma vie. D’où mon conseil, une fois de plus : s’abstenir, de signer comme de relationner.

 

Ah là là…

 

 

PS : les tradies sont tellement obnubilées par le désir que les putes disparaissent, qu'elles n'ont pas vraiment noté que nous n'étions cette fois ci qu'adventices, au point que notre mention avait même disparu d'une des rédactions ! C'est sans doute pour ça qu'elles qualifient le manifeste de "sex positive", alors qu'il parle plutôt d'autre chose, pour une fois... Ah, quand on ne pense qu'à ça... Il faudra apprendre à être vraiment anti-sexe, comme disait Valérie !

 


Partager cet article

Repost 0
Published by

La Bestiole

  • : Divergence transse, féministe, communiste - Le placard à Plume, la fem-garoue
  • : Ébranchée, schlemihlah, communiste, féministe - la transse la moins queer, la moins fun, la plus antisexe, antinaturaliste, antisubjectiviste du quart sud-est. Clodote d'hamsterlande, casserole détachée de la queue de l'alternoféminisme. A gauch' de la gauch' de la gauch' de l'extrême gauche. Résolument opposée aux backlashes pro sexe, pro marché, pro nature, pro religion, pro peuple, pro nation, comme aux catéchismes moraux-politiques en tous genres. Moderniste négative, moniste, novatrice ; philogyne, philosémite. Pour un anti-monde de nanas paresseuses et la ruine radicale de la masculinité, de l'économie, de la sexualité, de la fierté, du pouvoir.
  • Contact

ni alliées, ni amies, ni copines, ni soeurs ; autonomies transses

.

Recherche

Épines