Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 mars 2012 3 21 /03 /mars /2012 17:29

 

 

C’est dommage d’être dégoûtée avant même d’avoir goûté. Surtout quand pour une fois ça aiguisait l'appétit, ce qui est excessivement peu fréquent. Avant même d’avoir vu ce film dont j’espère toujours qu’il va contrebalancer les glauqueries de Sciamma, lesquelles donnent à peu près envie (surtout Naissance des pieuvres) de se pendre si on a le malheur de devenir lesb. Enfin un film qui allait faire qu’on en soit contentes. Contentes de choisir un monde de nanas. Contentes de pouvoir devenir et de ne pas rester condamnées à être. 

Ce n’est pas qu’il n’y en ait pas déjà eu, mais ils sont plutôt rares.

 

En plus y parle de ma génération, les born in sixties, punkland, la grande dégringolade 80/90…

 

Mais pourquoi donc faut-il que, passée la première joie, bien frottées les mains, je retrouve en hors d’œuvre la vieille daube habituelle dans l’assiette : la détermination, la preuve par le cul.

 

(D'autant que, si j'ai bien capté, le film évite justement cette figure obligée !)

 

Naissance, reproduction des preuves…

 

« mais comment j'ai pu traîner avec Delphine (la DJ culte du Pulp, ndlr) sans coucher avec elle?! Je suis passée à côté d'un truc génial et je ne m'en rendais même pas compte »

Despentes dans une interview

 

Ben oui, hein ? Traîner avec, partager la vie, faire des choses, penser ensemble, confronter, lutter, s’amuser, c’est rien, mais rien du tout. Ça compte pas. Ce qui compte, ce qui est génial (!), c’est exclusivement baiser. Frotter les carcasses. Manifester l’ordre relationnel. On n’est vraiment lesbienne (on n’est même tout court, quoi que ce soit) que si on baise, dut-on par ailleurs traîner à meclande. Rien n’existe si on ne baise pas. On a bien appris ça de siècles et de millénaires d’hétérolande, on va pas l’oublier, tout de même, et donner de l’importance à tout le reste, ce reste insignifiant qui ne fait que matelas !

 

 

Oscours ! C’est par où la sortie ?!

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by

La Bestiole

  • : Divergence transse, féministe, communiste - Le placard à Plume, la fem-garoue
  • : Ébranchée, schlemihlah, communiste, féministe - la transse la moins queer, la moins fun, la plus antisexe, antinaturaliste, antisubjectiviste du quart sud-est. Clodote d'hamsterlande, casserole détachée de la queue de l'alternoféminisme. A gauch' de la gauch' de la gauch' de l'extrême gauche. Résolument opposée aux backlashes pro sexe, pro marché, pro nature, pro religion, pro peuple, pro nation, comme aux catéchismes moraux-politiques en tous genres. Moderniste négative, moniste, novatrice ; philogyne, philosémite. Pour un anti-monde de nanas paresseuses et la ruine radicale de la masculinité, de l'économie, de la sexualité, de la fierté, du pouvoir.
  • Contact

ni alliées, ni amies, ni copines, ni soeurs ; autonomies transses

.

Recherche

Épines