Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 mai 2011 4 05 /05 /mai /2011 20:00


 

Encore le sujet d’un de ces textes que je n’aurai probablement plus la force d’écrire, dans mon micro-destin qui chute en vrille, mais le « là bas si j’y suis » (voir ce que j'en disais sur la page éponyme, ou bien dans Si vous en avez marre...), bref l’exotisation politico-existentielle, ne marche plus, elle galope, colle de plus en plus l’actualité, bientôt elle va parvenir à la dépasser, ce qui sera une performance et un mystère de l’histoire, au moins comparable à l’enfoncement de la vitesse de la lumière. Elle va peut-être arriver à provoquer l’évènement, ce qui, au fond, nous remettra au début des vieilles théories révolutionnaires. Enfin on fera quelque chose.

Et le tout à pinces, éventuellement en quatre roues. C'est l'exotisation qui galope, plus nous, les chevaux ont été remplacés par des moteurs y a déjà belle lurette. 

Mais surtout hors de soi, toujours plus hors de soi, ce soi haïssable et cul de plomb. Ce semble être un des plus angoissés enjeux contemporains, se fuir et s'oublier à n'importe quel prix, la vie au besoin. Cette vie devenue il est vrai si souvent pitoyable qu'on peut comprendre le calcul...

 

Hier déjà, il est vrai, on pouvait déjà être écrasée par un bulldozer (blindé ! tout est dans le blindé !) sur une plage de Ghaza. Maintenant on peut carrément aller s’y faire étrangler par une faction mécontente ! Un degré a été franchi – malheureusement il l’a été dans l’absurde.

Et, à peine la tragicomédie lybienne a-t’elle commencé, que des militantEs y sont déjà pour récolter des balles. Et pas la petite blessure qui fait juste la gloire, nan, du costaud et du définitif (ce qui est aussi facilité par les puissances de feu actuelles).

 

Rien à dire, la rapidité de réaction, qui est aussi celle des engins et méthodes de guerre modernes, a fichtrement évolué depuis l’époque où il fallait des semaines et des mois pour aller périr dans les forêts du Nicaragua, après de longs conciliabules et réflexions. Nous étions déjà des acteurEs, nous sommes désormais aussi des outils (de nous-mêmes !). Et les outils ne chôment pas. 

 

Mais l’avidité d’autre est toujours la même, toujours aussi exacerbée. Axiome : le salut est ailleurs, que ce soit socialement, genriquement, géographiquement… Accessoirement dans l’intensité et l’action, mais ça, ce n’est pas vraiment nouveau… (Fabrice à Waterloo !).

L'important est de participer.

 

En tous cas on n’est pas partiEs pour réapprendre à s’occuper de nos fesses. Et moi parmi tant d’autres, hélas.

 

 

 

La merle blanche

Partager cet article

Repost 0
Published by

La Bestiole

  • : Divergence transse, féministe, communiste - Le placard à Plume, la fem-garoue
  • : Ébranchée, schlemihlah, communiste, féministe - la transse la moins queer, la moins fun, la plus antisexe, antinaturaliste, antisubjectiviste du quart sud-est. Clodote d'hamsterlande, casserole détachée de la queue de l'alternoféminisme. A gauch' de la gauch' de la gauch' de l'extrême gauche. Résolument opposée aux backlashes pro sexe, pro marché, pro nature, pro religion, pro peuple, pro nation, comme aux catéchismes moraux-politiques en tous genres. Moderniste négative, moniste, novatrice ; philogyne, philosémite. Pour un anti-monde de nanas paresseuses et la ruine radicale de la masculinité, de l'économie, de la sexualité, de la fierté, du pouvoir.
  • Contact

ni alliées, ni amies, ni copines, ni soeurs ; autonomies transses

.

Recherche

Dans Les Orties