Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 septembre 2010 1 06 /09 /septembre /2010 16:08

Ce qui me fait peur et me désespère d’avance dans le devenir probable de la noyade morale du constructivisme actuel, c’est la contre-vague qui nous est évidemment promise, dont les prodromes ont déjà d’ailleurs commencé à sourdre, et qui bien évidemment est tout aussi stupide, quand ce n’est pas plus, et fréquemment très malveillante, pour ne pas dire puante.

Comment s’en étonner dans un présent monocorde, monolithique, où tout le monde court allègrement après les mêmes valeurs, les mêmes prétentions, dans une concurrence effrénée à leur réalisation (et bien sûr aussi à l’engrangement des profits que l’on en peut espérer) ?

Ben en tous cas ça fait froid dans le dos.

 

Je suis même pas sûre que je pense d’abord aux copieux pensums genre « Oser le féminisme » et autres Chiennes de garde. Ni aux décourageantes immondices républicaines, légalistes, masculinistes ou chauvines, etc. C’est du présent déjà passé qui s’agrippe. Non, je songe à une contre-vague beaucoup plus profonde, émotionnellement et idéologiquement ancrée, qui se présentera, une fois de plus, avec la force d’une évidence. La question n’est même pas de savoir pour moi si elle nous « ramènera ou pas » vers d’anciens rivages. Ce dont je suis sûre, d’ores et déjà, c’est qu’elle évitera les mêmes questions, et sanctuarisera les mêmes affirmations.

 

C’est quasiment, comment dire, mécanique, comme est mécanique la pensée progressiste, dont la foi est un lubrifiant. Je regardais ce matin l’annonce d’un énième colloque sur les « critiques de la domination », fait et assemblé de tous les mots magiques et poncifs répétés, aussi usés que nous, qui têtardent dans cet aquarium. Je vois la réalité des choses mise en coupe réglée pour entrer dans les moulins à parole – cette fameuse parole qui crée le monde. Mais j’imagine déjà la revanche, et elle va pas être belle.

 

Elle aura le même visage expropriateur, rien ne pourra être un fait, un acte ou une personne, non plus que dans le constructivisme présent. Tout sera une fois de plus fonction. Peut-être même inventera-t’on des manières encore plus efficaces pour fonctionnaliser tout ce qui ferait mine d’exister. De rentabiliser quoi.

 

J’ai écrit et dit bien des fois que je croyais qu’on ne pourrait se sortir de cette impasse encore plus élastique qu’une capote qu’en acceptant de revenir en arrière, de lâcher des acquis qui sont des daubes. Certes. Mais ce que je vois de plus en plus c’est que ça ne suffira pas, et surtout que ce qu’il faut lâcher comme acquis c’est tout d’abord une attitude générale qui perdure. Pas telle ou telle définition, mais notre révérence platventresque aux définitions agissantes.

 

Ce qui me fait peur, c’est qu’on ne sorte jamais de cette posture.

 

Dans laquelle on continuera juste à s’enfoncer, à s’amalgamer et à suriner les malcontentes au fond d’un cul de sac.  

 

 

LPM, de plus en plus émigrée dans ce monde, et qui est tout aussi effrayée évidemment de l'amorale brutalité générale qui sévit à peu près partout et à tous les étages. 

Partager cet article

Repost 0
Published by

La Bestiole

  • : Divergence transse, féministe, communiste - Le placard à Plume, la fem-garoue
  • : Ébranchée, schlemihlah, communiste, féministe - la transse la moins queer, la moins fun, la plus antisexe, antinaturaliste, antisubjectiviste du quart sud-est. Clodote d'hamsterlande, casserole détachée de la queue de l'alternoféminisme. A gauch' de la gauch' de la gauch' de l'extrême gauche. Résolument opposée aux backlashes pro sexe, pro marché, pro nature, pro religion, pro peuple, pro nation, comme aux catéchismes moraux-politiques en tous genres. Moderniste négative, moniste, novatrice ; philogyne, philosémite. Pour un anti-monde de nanas paresseuses et la ruine radicale de la masculinité, de l'économie, de la sexualité, de la fierté, du pouvoir.
  • Contact

ni alliées, ni amies, ni copines, ni soeurs ; autonomies transses

.

Recherche

Épines