Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 septembre 2013 2 03 /09 /septembre /2013 09:25

 

 

« Cette crispation dans l’effort d’aimer, alors qu’il ne vous reste plus qu’à obéir, mène généralement au-delà de la simple et naïve subordination. En « dénichant » les « qualités » de ses supérieurs, on espère se dépouiller d’une rancune aussi insupportable qu’inévitable. Quand on a fermement résolu de s’élever, d’arriver, il faut de bonne heure s’habituer à anticiper sur son ascension, grâce à la fumisterie du respect spontané ; se garder de se contenter de l’obéissance aveugle, seule exigée ; toujours feindre d’accomplir volontairement et en pleine souveraineté tout ce qu’on attend, quoi qu’il advienne, de valets et de subordonnés. »

 

H. Arendt, Rahel Varnhagen

 

 

Ce morceau de schéma du mécanisme naturalisé de l’intégration des paria à l’orée de l’époque moderne, dressé par Arendt plus d’un siècle après, n’a pas pris une ride, alors qu’un autre siècle s’est à peu près écoulé. J’ai fortement repensé à ce petit passage en lisant, dans la presse, les ahurissants mensonges que débite, sereinement, une célèbre porte parole. Il n’est pas beaucoup de métiers plus sales, plus effrayants moralement que celui-là, qui représente justement une des quintessences du mécanisme général de l’intégration : devoir s’approprier les mensonges de la domination, avec initiative et inventivité. S’y croire. Au besoin les précéder.

 

C’est ce métier que nous exerçons toutes, les stigma, les qui font la queue, en plus de toutes les autres activités auxquelles nous aurons été conduites. Porte-paroles de ce que nous avons gobé comme devant être le bien le beau le bon. Bénévolement pourrait-on dire, et même à nos frais. En effet, et nous le savons très bien, même s’il nous faut aussi faire nôtre le mensonge que nous allons être accueillies dans la communauté citoyenne (ou toute autre), et donc le taire : il faut une multitude de perdantes, qui seront bouffées et excrétées, pour une éventuelle gagnante démonstrative.

 

Notre stupidité ainsi forcée et volontaire n’a rien d’innocent, ni par ce que nous voulons, ni par ce que nous sommes amenées à faire les unes aux autres, et à nous-mêmes, pour acquérir le droit de le vouloir. Nous sommes parfaitement mouillées dans la domination, la brutalité, l’utilité convergentes, et par conséquent pour parvenons même à mériter, dans les termes de la logique comptable et justicielle hégémonique, notre sort. Comme ça on coûte rien, et on laisse pas de dettes. Classe non ?

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by

La Bestiole

  • : Divergence transse, féministe, communiste - Le placard à Plume, la fem-garoue
  • : Ebranchée, schlemihlah, communiste, féministe - la transse la moins queer, la moins fun, la plus antisexe, antinaturaliste, antisubjectiviste du quart sud-est. Clodote d'hamsterlande, casserole détachée de la queue de l'alternoféminisme. A gauch' de la gauch' de la gauch' de l'extrême gauche. Résolument opposée au backlash réac-libéral pro sexe, pro marché, pro nature, pro religion, comme aux catéchismes moraux-politiques en tous genres. Moderniste novatrice, universaliste négative, apostate de l'intersectionnalisme, philogyne, philosémite. Pour un anti-monde de nanas paresseuses et la ruine radicale de la masculinité, de l'économie, de la sexualité, de la fierté, du pouvoir.
  • Contact

ni alliées, ni amies, ni copines, ni soeurs ; autonomies transses

.

Recherche

Épines