Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 avril 2012 5 27 /04 /avril /2012 10:03

 

 

La « coordination et initiative pour réfugiés et étrangers » est une institution belge qui mériterait d’être de tous les pays. Elle a estimé fort pertinemment dans un récent communiqué évoqué par un article de la recommandable Libre Belgique qu’il était injustifié, même inhumain et inacceptable, d’enfermer les migrantEs.

C’est une immense découverte historique, laquelle était réservée aux lumières de notre époque, enfin délivrée des obscurantismes et de l’arbitraire, pour ne pas dire de l’imprévu (sauf explosion de centrale nucléaire), que de s’aviser du caractère inhumain, inacceptable et somme toute désagréable de l’enfermement, d’une certaine catégorie de personnes au moins.

On n’allait pas demander s’il était justifié et acceptable d’en enfermer d’autres, ou qui que ce fût ; il y aurait eu surchauffe sous le casque. Pin pon !

 

Mais le plus beau venait après l’articulation textuelle ; que faire ? La dite institution suggère des « alternatives positives à l’enfermement ».

Ben oui, vous voyez, dans simplement « ne pas enfermer », solution de facilité, il y a un « ne pas », un gros, un absolu même ; c’est épouvantable de négativité. Et, de nos jours, il faut positiver, surtout pas négativer, ce qui serait également s’abstenir de, vieille morale stoïcienne et suspecte. Nous sommes en une époque où tout est possible, et où il ne faut conséquemment s’abstenir de rien.

 

Sans compter qu’on va tout de même pas laisser ces pauvres gentes s’occuper bonnement et librement de leurs affaires ; ce ne serait ni chrétien ni moderne. On ne commet déjà pas un tel abandon envers nos ressortissantEs ni même envers leurs bestioles, alors hein ! Il doit y avoir une ou plusieurs institutions pour chacune d’entre elles. Que personne n’aille se perdre dans la nature.

 

On se demande évidemment avec gourmandise autant qu’anxiété ce que vont être ces « alternatives à l’enfermement ». L’expérience du cynisme contemporain et de la novlangue nous apprend en effet qu’une alternative est aujourd’hui à peu près identique à ce avec quoi elle alterne ; qu’elle en est même souvent un perfectionnement ; et qu’après, puisqu’il faut de l’alternance, on en revient au premier stade. Et ainsi de suite.

 

Tout porte donc à croire qu’on va les enfermer autrement. Et nous aussi par la même occasion permanente. Tout est dans cet « autrement ». Á commencer par le même.

 

Les pinces à découper les barbelés ont encore un vaste marché captif devant elles.

 


Partager cet article

Repost 0
Published by

La Bestiole

  • : Divergence transse, féministe, communiste - Le placard à Plume, la fem-garoue
  • : Ébranchée, schlemihlah, communiste, féministe - la transse la moins queer, la moins fun, la plus antisexe, antinaturaliste, antisubjectiviste du quart sud-est. Clodote d'hamsterlande, casserole détachée de la queue de l'alternoféminisme. A gauch' de la gauch' de la gauch' de l'extrême gauche. Résolument opposée aux backlashes pro sexe, pro marché, pro nature, pro religion, pro peuple, pro nation, comme aux catéchismes moraux-politiques en tous genres. Moderniste négative, moniste, novatrice ; philogyne, philosémite. Pour un anti-monde de nanas paresseuses et la ruine radicale de la masculinité, de l'économie, de la sexualité, de la fierté, du pouvoir.
  • Contact

ni alliées, ni amies, ni copines, ni soeurs ; autonomies transses

.

Recherche

Épines