Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 avril 2012 3 11 /04 /avril /2012 09:25

 

 

"L'émotion est énorme, on est face à des gens qui n'hésitent pas à être violents pour des biens matériels, c'est inacceptable"

Un syndicaliste, après un braquage où un flic a été tué.

 

Il y a des gentes qui. La formule première de l'exorcisme contemporain (je n'y suis pour rien !).

 

Ce qui est épatant avec la modernité gagnante, productive, c’est qu’on peut y proférer les plus énormes énormités sans crainte aucune d’être contreditE en rien, et même sans aucun scrupule, je ne dis pas même moral, mais intellectuel. C'est-à-dire affirmer quelque chose qui est encore pire que le contraire de la réalité. Il existe peut-être un mot pour cette forme sémantique et j’aimerais bien le connaître. Mais peut-être n’existe-t’il pas encore, tant il semble vrai qu’il y a des caractères propres à notre vie que nous redoutons tant de connaître et de reconnaître, que nous évitons soigneusement de les nommer.

 

Ainsi, ici, l'inexorabilité dans l'accession aux "biens matériels" est formulée comme l'apanage de quelques féroces, parfaitement étrangers au fonctionnement normal et incroyablement bénin de l'économie.

Qui hésite pourtant à remplir ses obligations dans cette machinerie, obligations sans lesquelles, et même avec lesquelles si on a tiré un des nombreux mauvais numéros, on est exposé à la misère et à la vindicte - sans parler du discrédit ?

 

Il est bien connu que l'économie des « biens matériels », c'est-à-dire des objets qui servent à être échangés pour produire plus de valeur, avant toute question d’usage, ainsi que le mode de propriété confiscatoire qui y est adossé, n’ont jamais fait une seule victime dans l’histoire, n’ont même, disons le, jamais causé la plus petite indisposition. La plus ténue incivilité, le plus improbable refus du nécessaire, à qui que ce fut, si insolvable soit ellil. Naaaan ! Que du bonheur, puisque c’est ce que l’on recherche, ce foutu bonheur en petits paquets.

 

Ce n’est évidemment pas étonnant que ce soit un syndicaliste qui dise ça. Les flics et les syndicalistes entourent les marchands comme Elie et Moïse entouraient Jésus sur le mont Horeb, dans la Transfiguration. Il faut bien ça pour soutenir la frénésie du travail et du commerce. Mais ce n'est encore là qu'un résumé bien facile, une réduction des responsabilités aux plus visibles et actives : c'est nous touTEs qui sommes uniEs pour défendre le plus sacré, le sens de la vie, la valeur, les biens, et ce à n’importe quel prix, y compris, même souvent, celui de notre peau et de celles des autres, lentement par le travail honnête, vite par le travail clandestin. Dans tous les cas par l'appropriation frénétique et le calus absolu sur les conséquences, quand même nous nous empoisonnerions nous-mêmes. 

 

Parce qu’évidemment, tout est travail, tout est aussi commerce, dans ce système. Les braqueurs n’y échappent pas plus que les autres. Même le mendiant n’y échappe pas. Même les pirates. Valent, valons autant  que leurs, que nos adversaires. C'est à dire sommes inclus dans l'échelle de valeur (après, les bénéfs c'est autre chose). Ne souhaitons que d'y grimper. Tout le monde, moi la première, est à la traîne de ces « biens matériels » (mais désormais aussi sociaux) et de leur système d’échange, à la queu leu leu pour rabioter une part, plus ou moins impressionnante, en marchant sur les pieds de ses voisins et en les éliminant, plus ou moins radicalement. Que ce soit en gagnant « la course à l’emploi » ou en écrasant nuitamment des travailleurs de la sécurité venus en hâte protéger biens, valeurs, magos et toute la séquelle. Disons que la première exonère et de poursuites judiciaires, et d’angoisses morales. Les morts sont invisibles, quelquefois fort éloignés, sur d’autres continents même souvent. Quand ce n'est pas nous, qu'on sort discrètement sur une civière derrière l'hosto où nous serons alléEs finir notre sale survie, direct dans le fourgon de l'industrie mortuaire, que rien ne soit perdu de celleux qui portaient de la valeur.

 

Que demande le peuple, ce fameux peuple mythifié à souhait, nous, quoi ? Mais de pouvoir subsister (encore un instant, monsieur le marchand, monsieur le toubib, monsieur le...) en refusant de partager, de s'interroger, en tuant sans le savoir et sans en être réprimandé. 

 

L’économie, matérielle et morale, c’est la barbarie. Ce n’est pas un constat nouveau. Elle justifie tout. Á commencer par les indignations : comment ce fait-ce que nous soyons si peu respectueux de nos vies ? Eh bien il n’y a qu’à nous regarder « vivre » quelques moments. En retranchant résolument la vie d’autrui, comme la nôtre propre, des plus diverses manières. La réponse est dans le fait même, et cela ne peut qu’hérisser les cheveux sur la tête et les poils ailleurs, de terreur : nous y sommes enferméEs, dans cette arène. Dans cette arène dédiée au règne des choses et de l'échange.

Il y a des gentes. C'est bien là le problème. Mais on va régler ça, s'pas ? On se règle très bien nos comptes nous-mêmes, comme les grandEs que nous sommes ; de toutes les manières et sur tous les sujets. Faisons place aux biens, aux statuts ; économie et matérialisme néo-essentialiste. Nous sommes de trop ? Vidangeons nous. 

Hop !

 

 


 

 


 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by

La Bestiole

  • : Divergence transse, féministe, communiste - Le placard à Plume, la fem-garoue
  • : Ébranchée, schlemihlah, communiste, féministe - la transse la moins queer, la moins fun, la plus antisexe, antinaturaliste, antisubjectiviste du quart sud-est. Clodote d'hamsterlande, casserole détachée de la queue de l'alternoféminisme. A gauch' de la gauch' de la gauch' de l'extrême gauche. Résolument opposée aux backlashes pro sexe, pro marché, pro nature, pro religion, pro peuple, pro nation, comme aux catéchismes moraux-politiques en tous genres. Moderniste négative, moniste, novatrice ; philogyne, philosémite. Pour un anti-monde de nanas paresseuses et la ruine radicale de la masculinité, de l'économie, de la sexualité, de la fierté, du pouvoir.
  • Contact

ni alliées, ni amies, ni copines, ni soeurs ; autonomies transses

.

Recherche

Épines