Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 décembre 2011 7 11 /12 /décembre /2011 12:49

 

 

 

Eh oui, partout. Et on serait bien bêtes de scander une fois de plus l’imbécile « police partout… ». En effet, si vous me dégottez une idée de justice, et notamment de justice rétributive et sécurisante moderne, qui n’ait pas pendue à sa ceinture une force à dégainer, et ne soit pas assise sur un parterre de geôles, je vous offre ma rate au court bouillon. Justice est partout. C’est peut-être bien là le problème, puisque en problème nous aimons interpréter tout ce qui arrive.

 

Partout, enfin selon les moyens. Nous sommes d’ores et déjà dans une situation Dickienne, où nous délibérons de nous faire pucer pour notre bien, et où les gendarmes mondiaux peuvent projetter leurs pseudopodes pour aller s’emparer d’un peu n’importe qui, n’importe où.

 

Encore une fois, il ne s’agit pas d’indignation. Je ne vois pas le moyen de s’indigner, quand nous réclamons à tue tête ce que nous réclamons, des bulles contre l’effondrement de notre rêve obstiné d’abondance, et quand nous avons sous l’arbre de noël ce que nous avons, qui en est la conséquence inévitable.

 

Il s’agit plutôt d’ébahissement, et d’ébahissement que nous ne soyons pas plus ébahies. Probablement sommes nous, d’une certaine manière, particulièrement endurcies à une vie sociale extrême, angoissante et encaquée. Le bonhomme dont il est question dans cet article, convenablement exotisé, sorte de bon sauvage à l’envers radical du rousseauisme, semble avoir découvert avec épouvante ce dans quoi nous nous sommes accoutumées à vivre.

 

http://www.lemonde.fr/societe/article/2011/12/11/l-immense-solitude-de-l-acquitte-du-carre-d-as_1617049_3224.html#ens_id=1603709

 

C’est le ton ordinaire, pleurard, du Monde, mais à travers cette gélatine on a quand même une idée du monde que produit l’idéal de justice totale, et des totalités qui vont avec. C’est un peu le rêve d’une Eva Joly, comme de tant d'autres passionnéEs de la solution judiciaire, un peuple, que dis-je, une planète de justiciables, chacunE à son tour sur la selette.

 

Et, derrière tout ce théâtre, comme toujours, la valeur, ce que représente chacunE sur les comptes des assurances. Déterminant pour les moyens. Si vous êtes en crédit, on ira vous chercher au bout du monde avec des hélicos et des robocops, et on traduira devant tous les tribunaux disponibles celleux qui voulaient s’approprier indûment la valeur recrocquevillée en vous, condition à l’obtention de la vie matérielle, soigneusement renfermées en magasins de nos jours.

Si vous n’êtes pas en crédit, vous prendrez vraisemblablement des bombes sur la patate. Ou, si vraiment vous avez été en contact avec unE porteurE de richesse, on viendra peut-être personnellement vous extraire, et vous vivrez l'aventure du type en question.

 

Qu'on ne vienne donc pas parler facilement de "justices inégales". Il n'y a sans doute jamais eu dans l'histoire de justice plus égale que la justice moderne, basée imperturbablement sur la fiction d'un individu producteur et valorisé, possesseur de soi et du reste. C'est précisément avec cette sorte d'égalité fantôme que nous sommes en train de nous anéantir.

 

Car gare : à mesure que le crédit se resserre, de nouvelles populations vont se retrouver hors-valeur, démonétisées. Et les bombes vont se rapprocher. L’autre jour, pour la première fois, j’ai vu cité, à la toute fin d’un article du même journal, dans la bouche d’un commentateur transatlantique quelconque, un vers de Shakespeare où sont évoqués les « chiens de la guerre ». Lâchés. Or, ils le sont déjà, depuis vingt ans, sur les contrées rétrogrades et invalorisables. Cette évocation nous concernait donc.

 

Quand on commence à citer le vieux William, je trouve que c’est jamais bon. Et que le marché de nos sympathiques identités, garanties par la justice hécatonchire, commence à sentir le roussi. L’incendie du Bazar de la Charité, ça ne vous dit rien ?

 

 

 

coffin turnip

 


Partager cet article

Repost 0
Published by

La Bestiole

  • : Divergence transse, féministe, communiste - Le placard à Plume, la fem-garoue
  • : Ébranchée, schlemihlah, communiste, féministe - la transse la moins queer, la moins fun, la plus antisexe, antinaturaliste, antisubjectiviste du quart sud-est. Clodote d'hamsterlande, casserole détachée de la queue de l'alternoféminisme. A gauch' de la gauch' de la gauch' de l'extrême gauche. Résolument opposée aux backlashes pro sexe, pro marché, pro nature, pro religion, pro peuple, pro nation, comme aux catéchismes moraux-politiques en tous genres. Moderniste négative, moniste, novatrice ; philogyne, philosémite. Pour un anti-monde de nanas paresseuses et la ruine radicale de la masculinité, de l'économie, de la sexualité, de la fierté, du pouvoir.
  • Contact

ni alliées, ni amies, ni copines, ni soeurs ; autonomies transses

.

Recherche

Épines