Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 juillet 2012 5 06 /07 /juillet /2012 12:29

 

Réaction suite aux cris de joie et de victoire de pas mal d’assoces t’ au sujet du droit au changement d’état-civil en Argentine.

 

Ouaips – et une (relative) liberté d’avorter en Argentine, c’est pour quand ? Ce pays criminalise toujours la pratique de l’avortement, et ne semble pas du tout prendre le chemin de le légaliser – sans même parler de le dépénaliser totalement, ce qu’aucun pays ne semble faire à ce jour, gardant ainsi à cet acte un caractère de mal en soi. L’Argentine, comme bien d’autres, voit ainsi un nombre considérable de nanas mourir ou être estropiées suite à des avortements faits dans de sales conditions.

 

Nous sommes très mal à l’aise de l’absence totale de critique à ce sujet dans la pub faite par les assoces t’ envers cette mesure, dans un contexte général qui réprime les femmes, et de leur admiration envers une présidente qui certes nous distribue des cartes d’identité (le pied !), mais proclame dans le même temps bien haut, soutenue par le système politique masculin et les religieux, qu’elle ne fera pas un pas dans la direction de permettre aux nanas bio de disposer un tant soit peu de leur utérus, pour des raisons morales et religieuses (Le Monde du 5 juillet).

 

Pour notre part, nous ne consentirons pas à célébrer des avantages pour nous, surtout dans un cadre politique mondial de contrôle et de répression, qui se feraient en quelque sorte, même indirectement, sur le dos d’autres, et dont le battage médiatique et apologétique viendrait à masquer des situations intolérables. Et nous ne nous réjouirons pas en chœur. Non plus que d’aucuns droits (comme le mariage, encore une fois quel pied !) qui nous seraient octroyés (merci papa pouvoir !) en même temps que l’on réprimera d’autres, moins télégéniques, comme les étrangèrEs réfugiéEs de la guerre économique, ou les putes qui font crade dans ce qui reste de rues.

 

Nous sommes, et où que ce soit, pour une sortie hors de la mainmise judicaire, étatique, sociale et médicale de la possibilité de disposer de soi, et d’aller où on veut. Et de bien d'autres choses. 

 

Vendredi 13

 


 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by

La Bestiole

  • : Divergence transse, féministe, communiste - Le placard à Plume, la fem-garoue
  • : Ébranchée, schlemihlah, communiste, féministe - la transse la moins queer, la moins fun, la plus antisexe, antinaturaliste, antisubjectiviste du quart sud-est. Clodote d'hamsterlande, casserole détachée de la queue de l'alternoféminisme. A gauch' de la gauch' de la gauch' de l'extrême gauche. Résolument opposée aux backlashes pro sexe, pro marché, pro nature, pro religion, pro peuple, pro nation, comme aux catéchismes moraux-politiques en tous genres. Moderniste négative, moniste, novatrice ; philogyne, philosémite. Pour un anti-monde de nanas paresseuses et la ruine radicale de la masculinité, de l'économie, de la sexualité, de la fierté, du pouvoir.
  • Contact

ni alliées, ni amies, ni copines, ni soeurs ; autonomies transses

.

Recherche

Dans Les Orties