Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 juin 2012 6 02 /06 /juin /2012 18:58

 

 

La dernière campagne de nos zamies d'olf


http://www.osezlefeminisme.fr/article/liberte-egalite-parite-la-nouvelle-campagne-dosez-le-feminisme

avec un paradoxal enthousiasme renouvelé pour le fétiche central : le "nul besoin de pénis pour"... On les congratule, au nom de toutes les f-t non op' ! (ou pas op’ de la manière que le fantasment les bio, quid des castrées ?) Il est vrai qu'on est anecdotiques, op’ ou pas, et guère candidates. Et tant mieux. Au reste, vivent les ciseaux de tous ordres, je suis la première d'accord ! Mais j'admire tout de même ce retour répété aux "caractères sexuels" qui imprègne tout le débat sur genre et compagnie, où on est censées communier dans le c’est pas ça qui compte. Nous n’en sommes évidemment pas exemptes, les t, et loin de là. Oh là là non. On a bien fait tourner nous aussi la roue du loto bicolore et du modèle physique. Toutes mouillées, toutes captives volontaires de ce cadre que nous n’avons, à ce jour, réussi qu’à dupliquer massivement.

 
M'en fous, je suis pas démocrate, donc ni inscrite, ni votante ni candidate, dans ma circonscription où c'était effectivement le même depuis 78 (il raccroche, pour passer le bâton à un autre bon gars, jeune et plein d'avenir). Je ne fais conséquemment pas, plus, non plus partie, la déesse m’en garde pour tout le temps qu’il me reste à vivre, des qui se marchent dessus les unes les autres pour prendre part à la gestion du désastre, élues, expertes ou associatives.

 

Nul besoin, radicalement, de participer à ce vieux cirque complètement mâle, dans sa structure même et dans les idéaux qui le meuvent. Nul besoin non plus de posséder une nouille qui pendouille pour perpétuer les formes en vigueur, masculines, ni patriarcaland en général. Comme toutes les formes sociales et identifiantes, n’importe qui peut les incarner, avec un peu de bonne volonté, et un zeste de croyance que quand les personnes changent, par leur seule vertu, les fonctionnements se renouvellent sans même qu’on les mette profondément en question. C’est la métaphysique contemporaine. Il faudra tripatouiller bien plus que le rubik’s cube des statuts, des qu’es-tu ?, et probablement cesser de se mettre aux couleurs des vieilles daubes en place, pour s’en sortir.

 

Mais voulons nous en sortir ? Ou récupérer le viril attirail ?

 

Ah bien d'accord, couicouic les nouilles bio, mais couicouic aussi bien des choses auxquelles nous tenons encore, sans quoi y aura pas grand'chose de fait.

 

Je rigole donc pas mal de cette énième déclinaison de la ronde « qu’est-ce que t’as entre les jambes que je te mette dans la bonne boîte », où les institutionnalistes néo-essentialistes tiennent désormais solidement la barbichette aux vieux sexistes angoissés.

C’est la fête dans l’auberge ! On doit nous entendre de dehors...

 

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by

La Bestiole

  • : Divergence transse, féministe, communiste - Le placard à Plume, la fem-garoue
  • : Ébranchée, schlemihlah, communiste, féministe - la transse la moins queer, la moins fun, la plus antisexe, antinaturaliste, antisubjectiviste du quart sud-est. Clodote d'hamsterlande, casserole détachée de la queue de l'alternoféminisme. A gauch' de la gauch' de la gauch' de l'extrême gauche. Résolument opposée aux backlashes pro sexe, pro marché, pro nature, pro religion, pro peuple, pro nation, comme aux catéchismes moraux-politiques en tous genres. Moderniste négative, moniste, novatrice ; philogyne, philosémite. Pour un anti-monde de nanas paresseuses et la ruine radicale de la masculinité, de l'économie, de la sexualité, de la fierté, du pouvoir.
  • Contact

ni alliées, ni amies, ni copines, ni soeurs ; autonomies transses

.

Recherche

Dans Les Orties