Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 décembre 2011 5 16 /12 /décembre /2011 11:41

 

 

« Les premières féministes radicales ont eu des résultats car elles n’étaient pas dépendantes des hommes ; ce n’est plus notre cas, car nous avons des compagnons, des maris, à qui on ne veut pas renoncer. »

 

Pénultième mot de l’interview de deux auteures d’un des livres qui sortent en ce moment, et où on redécouvre, ô surprise, que le paradis relationnel est un enfer (« Ne vous taisez plus », chez Fayard).

 

On ne le leur fait pas dire.

 

Même des fois elles vivaient, les nanas en question. Suspect, non ?

 

Mais vive donc tout de même la relation incontournable (vivre seule et pour soi, quel désert !), l’hétérosocialité, la gratuité, les mecs et les lardons 24/24, puisque la même interview se termine, sans transition, sur « il est possible de mettre en place un commerce équitable des sexes. »

 

Ben oui, hein, grâce au commerce tout est possible, à commencer par rendre supportables des relations permanentes, la glu quoi. Marrant, ce sont des prohibitionnistes, des anti commerce du cul, qui sortent ce genre de chose. La schizo a fait des progrès incroyables ces dernières années.

 

Ce n’est pas la première fois qu’on se dit que les hétéra ont vraiment un sacré ressentiment envers les lesbiennes, qui savent vivre et seules et sans mec, dire fondamentalement non quoi ; et que les gratuites de permanence en veulent aux putes qui ne supportent les mecs que par portions de temps et contre rémunération…

 

Et l’autonomie comme l’émancipation, comme d’hab, enterrées. Puisque la seule richesse qui reste aux existences carcérales, c'est de s'agglomérer. « Ce n’est plus notre cas » - sous entendu, ça ne doit plus l’être et ne le sera jamais plus, car sinon nous en serions trop blasées.

 

L’unique voie est celle de la résignation procédurière : on ne porte pas des chaînes, mais des liens en caoutchouc rainbow !

 

 

 

LPM

 


Partager cet article

Repost 0
Published by

La Bestiole

  • : Divergence transse, féministe, communiste - Le placard à Plume, la fem-garoue
  • : Ébranchée, schlemihlah, communiste, féministe - la transse la moins queer, la moins fun, la plus antisexe, antinaturaliste, antisubjectiviste du quart sud-est. Clodote d'hamsterlande, casserole détachée de la queue de l'alternoféminisme. A gauch' de la gauch' de la gauch' de l'extrême gauche. Résolument opposée aux backlashes pro sexe, pro marché, pro nature, pro religion, pro peuple, pro nation, comme aux catéchismes moraux-politiques en tous genres. Moderniste négative, moniste, novatrice ; philogyne, philosémite. Pour un anti-monde de nanas paresseuses et la ruine radicale de la masculinité, de l'économie, de la sexualité, de la fierté, du pouvoir.
  • Contact

ni alliées, ni amies, ni copines, ni soeurs ; autonomies transses

.

Recherche

Dans Les Orties