Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 janvier 2011 3 12 /01 /janvier /2011 19:04

 

 

Bienvenue chez les dingues - si, si, j'en suis aussi !

 

Je vous recommande tout d'abord, en hors d'oeuvre, la lecture de l'article "Plus on est de fous, plus on rit", de l'Exégèse des lieux communs, de mon vieux maître Léon Bloy. Déjà ça brise quelques illusions. Et puis ça vous fera connaître le bonhomme dont Verlaine disait qu'il était prêt à pousser "la raison jusqu'à la démence", pour parvenir à évoquer un monde pareil.

 

Voici, relayé par une collègue, les voeux, oui, les voeux de la mère Bonierbale, psychiatre assez renommée à transland et semble-t'il désormais une des têtes d'un machin assez incroyable, la Société Française d'Etude et de prise en charge du transsexualisme.

Une Société, dans notre langue, ça a depuis longtemps un double sens. Historiquement et encore dans les milieux savants, c'est une réunion choisie et affinitaire de gentes qui se penchent sur un truc. Mais, depuis le dix neuvième siècle de tant bienheureuse mémoire, c'est une organisation économique (et même une personne morale) visant à produire accessoirement des biens ou des services, et fondamentalement de la valeur.Pas nécessairement uniquement fiduciaire. La valeur sociale directe est aussi un objet de convoitise dans notre monde débridé.

(Il y a aussi la Société de Jésus, les jésuites quoi, qui ont encore d'autres buts et une joyeuse histoire).

 

Dans un certain nombre de cas, on commence à voir la possible confusion des deux, notamment dans le monde médical. Bingo. C'est ici apparemment le cas. Nos admirables praticienNEs obsédéEs par la transitude se sont amalgaméEs, dans le but apparemment de faire progresser le secteur, et de le verrouiller. D'où la Sofect, qui déjà a pris un acronyme qui fait penser à une usine d'engrais. Et qui prétend apparemment s'emparer de toute la chaîne de production nationale des trans. Rien de moins. Sélection, élimination, élevage, livraison, sans doute suivi après...

Ouais, quand j'y pense ça fait excessivement "agro-industrie".

Va falloir être antispéE même dans cette partie ; fait chier !

 

 

Chers amis
L'année 2010 a été marquée par la constitution de notre société et par le rassemblement de nos forces qui en a fait un interlocuteur incontournable*.
Souhaitons que 2011 voit une structuration encore plus élaborée de ces forces, mais d'ores et déjà notre société en elle même est devenue une interface de communication et de coordination qui n'avait jamais existé jusque là.
Nous allons donc continuer nos échanges et mettre en place un travail commun de recherches qui nous permettront d'acquérir une surface scientifique nationale**
Tres bons voeux pour la SoFECT et chacun de ses membres.
M Bonierbale
Présidente

 

Nan mais franchement. Je suis schizo, mais ce qui éclate dans ce triomphalisme, ça me paraît mégalo.  

Ce qui biche étrangement, c'est la discordance (la disphorie, hi hi) entre l'objet et le langage adopté. C'est là qu'on se dit qu'il y a un grain. En fait... C'est trop franc, trop direct, trop rapide. Dans ce genre de domaine on adopte ordinairement un langage ampoulé, circonvolutif. On fait dans le care. On cause des pauvres personnes misérables. On évite le tranché et surtout ce qui dévoile que l'intérêt principal de l'entreprise, c'est elle-même et celleux qui la mènent. Or là ça gicle à la figure. Il n'y a même rien d'autre. C'est assez soufflant quoi. On croit entendre une chanson de marche totalitaire ou lire une bd avec des savants fous aux buts complètement fumeux.

Plus de limites, c'est paradoxalement ce qui sort de partout de ces étranges voeux "entés sur des pavots", comme on avait pu dire de Chamfort enivré de son accession à l'académie. Paradoxalement, puisque la personne qui les émet autant que celles qui les reçoivent pensent de leur devoir de poser de nettes limites à nos ambivalences. Mais voilà, pris les unEs comme les autres dans la dynamique d'un monde qui ne veut justement plus d'aucune limite (et là encore je renvoie à un passage prophétique de l'Exégèse de lieux communs), eh bien elles se sont pas perçuEs qu'elles mêmes, ces excellentes personnes attelées à la tâche de produire du néo-humain, eh bien elles ne se sentent plus du tout. Elles bondissent et éructent. Elles parlent de conquêtes et d'hégémonie. Mégalomanie générale. On est touTEs dedans, bien que pas au même titre. Mais touTEs dedans, je vous en réponds.

 

Bref, que penser ? En tant que foldingue, j'ai ainsi de nombreuXses collègues. Sans doute. Mais tout de même.

 

Pour en revenir à Plus on est de fous, plus on rit, une fois que vous aurez lu Bloy ou pratiqué la chose, vous saurez pertinemment que rien n'échappe à la règle contemporaine du cannibalisme. Et qu'il n'y a nulle fratern ni sororité à éspérer non plus de ce côté-là.

 

Et que donc, on a beau être toutes deux cinglées, Bonierbale et moi, on va probablement pas sortir bras dessus bras dessous dans les baloches.

Quoi que - si un jour elle se fait aussi virer de sa société, ce qui est arrivé à de plus fûtéEs et à de mieux assisES, on pourra toujours évoquer avec bile nos souvenirs de guerre des deux côtés d'un picon bière.


La schizo et la mégalo, face à face dans les fossés d'une autoroute de néant. Salut Mireille !


 

LGPP

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by

La Bestiole

  • : Divergence transse, féministe, communiste - Le placard à Plume, la fem-garoue
  • : Ebranchée, schlemihlah, communiste, féministe - la transse la moins queer, la moins fun, la plus antisexe, antinaturaliste, antisubjectiviste du quart sud-est. Clodote d'hamsterlande, casserole détachée de la queue de l'alternoféminisme. A gauch' de la gauch' de la gauch' de l'extrême gauche. Résolument opposée au backlash réac-libéral pro sexe, pro marché, pro nature, pro religion, comme aux catéchismes moraux-politiques en tous genres. Moderniste novatrice, universaliste négative, apostate de l'intersectionnalisme, philogyne, philosémite. Pour un anti-monde de nanas paresseuses et la ruine radicale de la masculinité, de l'économie, de la sexualité, de la fierté, du pouvoir.
  • Contact

ni alliées, ni amies, ni copines, ni soeurs ; autonomies transses

.

Recherche

Épines