Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 décembre 2010 6 18 /12 /décembre /2010 12:40

 

 

« Je ne jurerais du reste pas que chez les « déconstructeurs », il n’y ait des séparés en instance d’éclatement. Pour en arriver où ils en sont, ma foi, il faut quand même déjà en tenir, si j’ose dire. Mais gare à ceux-ci, alors, car c’est eux aussi qui feront les frais de la cicatrisation amorcée, si ils restent au milieu : ils seront jetés à la fin comme ce à quoi ils auront servi : de vieux pansements, et sensiblement dans un état semblable ! »

 

Bibiche moins treize ans, in "Les maîtres nageurs..."

 

 

 

« On n’est tout de même pas que des préfixes », s’inquiète une congénère trans.

 

Ben… Comment dire… J’ai un peu peur que, finalement…et surtout dans notre « perspective de genre », « politique »…

 

…si, on soit, on soit devenues d’abord, mais pas que, des préfixes. Et qu’on reste autre chose que des préfixes à peu près dans la proportion où on aura échoué à jouer le jeu de la chosification de genre. Je dis échoué, pasqu’on a bien toutes fait ce qu’on pouvait pour, nan ? Je n’en connais que deux ou trois, des anciennes, qui n’ont pas mis les doigts dans la machine. Et toutes nos copines « de droit commun », qui rigolent de nos prises de tête, et qui sont 99 pour cent des mtfs (ce qui ne veut pas dire que, les "politiques", en soyions moins réelles, hélas dirais-je presque. La réalité ne dépend pas du nombre, et nous sommes tout aussi significatives de cette époque...)

 

On est mal avisées de pas vouloir être des préfixes quand on fait tout pour catégoriser à outrance, jusqu’à l’ultime absurdité d’une catégorie par personne, qui pour le coup avale celle-ci totalement !

 

On ne s’est même pas vendues, malheureusement, on s’est données, confiées, corps et âmes si je puis dire, à la fabrique. Et on y a perdu à peu près toute épaisseur. L’essentiel, et c’est ça l’arnaque, a été prélevé pour rempailler tout autre chose.

 

Nous croyions béatement être des constructions (ce qui déjà nous réduisait à pas grand’chose, mais bon, « égalité oblige », ni plus ni moins que les autres citoyenNEs contemporainEs). J’ai peur que ça soit un peu pire que ça.

 

Il paraît que « l’histoire a le dernier mot ». Bon… Qui vivra verra, quoi. Verra ce que deviendra la vaguelette « trans-idéologique ». Je dis vaguelette, vu touTEs les trans qu’il y a par ailleurs et qui s’occupent de leurs fesses, selon des arcanes très humains. Cela dit, je ne suis même pas sûre que ça change grand’chose : on a touTEs émargé à la grande illusion. Et nous allons être, ou sommes déjà, partie des pots cassés innombrables.

 

En plus, et là je cause comme d’hab de nozigues les mtfs-politiques, je vais en remettre une louche à la soupe de « Chimères et coquecigrues », mais bon dieu, les caricatures que nous portons ! Et là je ne parle pas du physique ou de l’apparence. Mais combien nous en mettons et remettons de maquillage idéologique et existentiel. Et que ce soit avec la meilleure ou la pire des volontés du monde, hein ? C’est nous, je ne discute pas un instant. Mais cette course au soi, au nous !

Pour ma part, je vais vous le casser carrément, je crois que j’étais, de ce point de vue, nettement plus conséquenT lorsque je me tenais dans ma tanière de « garçon anti-relationnel ». Peut-être même est-ce une punition du ciel que j’aie perdu cette tanière, qui ne pouvait me convenir que pour faire vivre cette négation (le fameux « travail du négatif » dont m’entretenaient des amiEs de l’époque, que j’ai bêtement laisséEs sur le chemin) ; et non avec l’affirmation effrénée de la transitude.

Qui va sans doute bien à pas mal de monde. Mais ne peut, peut-être, pas aller aux négatiFves. Á celleux qui sont des trous dans le présent, comme j’écrivais en cette époque bénie pour moi (95-98 !) de liberté, de dignité et de distance extrême.

Quand on est un trou, faut assurer. L’honneur et la charge, comme on disait autrefois. Ça ne tolère point l’ambivalence. Ni l’appétence pour le siècle. La tanière, et rien d’autre !

Pour celleux qui ne veulent ni ne peuvent suivre, la tanière, pas les planches de la représentation sociale, fut-elle de genre, fut-elle "alternote", fut-elle...

 

Dommage. J’avoue, c’était un beau rêve.

 

Mais ici et là on cause, on chuchote, de retransitions ou de détransitions. Après, pourquoi comment c’est une fichue affaire. Mais je me dis qu’on ne va peut-être pas tarder, et là je cause au mode « collectif », intentionnellement, à devoir rouvrir les mirettes. Eyes wide shut, c’est peut-être en perdition désormais.

 

Bon… après tout, notre symbole, ben ça sera le sparadrap, okay… Et si ça se trouve le sparadrap sur le sparadrap ! Couleur chair sivouplaît, cette fois.

 

Encore faudra-t’il qu’il reste quelqu’unE sur qui le poser…

 

Sans quoi il ne restera de nous qu’un vilain tas de vieux sparadraps.

 

C’est exactement par cette image que je finissais mes prédictions sur les « mecs proféministes », il y a près de quinze ans (Les maîtres-nageurs). Que ceux qui étaient un tant soi peu de bonne volonté finiraient jetés comme des vieux pansements par la logique sociale. C’est quelque chose de glaçant de se dire, du fond de la débine, qu’on avait soi-même déjà tout dit… sans se rendre compte de jusqu’où cela allait aller… Et surtout d’avoir cru qu’on y échapperait !

 

Or, encore une fois, pour y échapper, faut pas adhérer !

 

Méditez ça au plus vite.

 

 

 

LGPP

 


 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by

La Bestiole

  • : Divergence transse, féministe, communiste - Le placard à Plume, la fem-garoue
  • : Ébranchée, schlemihlah, communiste, féministe - la transse la moins queer, la moins fun, la plus antisexe, antinaturaliste, antisubjectiviste du quart sud-est. Clodote d'hamsterlande, casserole détachée de la queue de l'alternoféminisme. A gauch' de la gauch' de la gauch' de l'extrême gauche. Résolument opposée aux backlashes pro sexe, pro marché, pro nature, pro religion, pro peuple, pro nation, comme aux catéchismes moraux-politiques en tous genres. Moderniste négative, moniste, novatrice ; philogyne, philosémite. Pour un anti-monde de nanas paresseuses et la ruine radicale de la masculinité, de l'économie, de la sexualité, de la fierté, du pouvoir.
  • Contact

ni alliées, ni amies, ni copines, ni soeurs ; autonomies transses

.

Recherche

Dans Les Orties