Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 juin 2013 4 20 /06 /juin /2013 08:39

 

  

criaient les ultras en Espagne au retour de Ferdinand VII. Je ne sais pas quelle régence ou quelle divinité est en ce moment sur le retour chez nous, à f-tpglande et autour, mais j’ai l’impression d’y entendre ou d’y lire de plus en plus souvent des exclamations de ce genre. Quand ça fait mal c’est que ça fait du bien ! Et c’est quand on est enfermées, engluées, qu’on se sent le plus à l’aise. C’est même ça qui nous tient debout. Ainsi que des momies salées dans une cave.

 

Un sophisme aporique qui nous semble de plus en plus cher le suggère : l’émancipation, l’égaillement, l’évasion, la sortie et le bris des cadres sociaux seraient des privilèges, donc pas bien, à éradiquer. S’il y a au contraire quelques choses dont, de fait, il y aurait toujours assez pour tout le monde, et sous les formes les plus diverses, imposées comme autoproduites, ce sont bien la domination et l’aliénation, les traditions et les fondamentaux. C'est là que nous trouverons la stase bénie, et non pas dans de douteuses divergences sans garantie aucune, des audaces égoïstes et répréhensibles. Républicaines, identistes, communautaires, technologiques, le salut est dans la réalisation performante des challenges en vigueur : valoir, échanger, citoyenner, baiser, s’identifier, prier…. Toujours plus fort toujours plus vite. Les épouvantables dégâts collatéraux, les violences, les oppressions répétitives, les compromissions ahurissantes qui en résultent obstinément et à toutes les échelles sont de déplorables insuffisances, des aléas de la longue marche vers la sujette accomplie, des bourdes, éventuellement de criminels sabotages ourdis par de sombres méchantes, mais on va y arriver. Faut y croire, et pédaler. Nous ne saurions vouloir les causes des conséquences desquelles nous nous plaignons, tout d’même ! On n'a pas la berlue à ce point ! D'ailleurs, on va apprendre à ne plus se plaindre des conséquences, à les recontextualiser, à les aimer, à en jouir, à y voir la porte de la félicité. Plus ça rate, plus ça doit marcher au final. Ma-thé-ma-tique !

 

Oscours !

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by

La Bestiole

  • : Divergence transse, féministe, communiste - Le placard à Plume, la fem-garoue
  • : Ebranchée, schlemihlah, communiste, féministe - la transse la moins queer, la moins fun, la plus antisexe, antinaturaliste, antisubjectiviste du quart sud-est. Clodote d'hamsterlande, casserole détachée de la queue de l'alternoféminisme. A gauch' de la gauch' de la gauch' de l'extrême gauche. Résolument opposée au backlash réac-libéral pro sexe, pro marché, pro nature, pro religion, comme aux catéchismes moraux-politiques en tous genres. Moderniste novatrice, universaliste négative, apostate de l'intersectionnalisme, philogyne, philosémite. Pour un anti-monde de nanas paresseuses et la ruine radicale de la masculinité, de l'économie, de la sexualité, de la fierté, du pouvoir.
  • Contact

ni alliées, ni amies, ni copines, ni soeurs ; autonomies transses

.

Recherche

Épines