Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 décembre 2010 3 08 /12 /décembre /2010 12:35

...je n'ai pas pensé à moi, comme d'hab d'ailleurs. J'avais trop peur de la chose. J'ai oublié, soigneusement, qu'un jour j'ai été vivante. J'ai oublié résolument tout anniversaire de quoi que ce soit. Même les soixante ans d'une très vieille amie sont passés sans que je m'en ressouvienne. 

 

Bref, le vingt novembre, j'ai fait le calus.

 

D'ailleurs, vu ce que je suis censée être, à lire les comptes-rendus des petites vigiles de la journée, ben non, sûr, je ne suis pas ça. Quitte à n'être plus rien du tout, ce qui ne saurait tarder. 

 

Singer répétitivement les onze novembre avec du rainbow au lieu du tricolore, tous les jours de l'année et même deux ou trois fois par jour, bientôt, vu le nombre de "catégories opprimées" qui se bousculent au portillon, très peu pour moi. Je prefère crever tout à fait personnellement, et je ne tiens pas du tout à ce qu'on vienne après me récupérer opportunément, après m'avoir jetée encore palpitante aux ordures.

 

Ce qui est bien, quand on est une girafe pouic pouic, c'est qu'on est de fait "membre" d'une internationale monstrueuse, mais où personne ne connaît ni ne peut connaître personne. Ce qui nous évite d'être un "groupe stigmatisé", comme on dit en novlangue. C'est bien reposant.

 

Santé !

 

LGPP

Repost 0
Published by
1 novembre 2010 1 01 /11 /novembre /2010 11:40

 

 

 

L’enfer en toi. Qui a grossi pendant des années, sans que tu le soupçonnes, engendré par la violence acceptée, niée, justifiée. La violence du mille-pattes aux masques nombreux, interchangeables. La violence correcte qui n'est jamais vraiment de la violence. 

Toi, toujours sur le qui vive, à te garder à droite, à te garder à gauche, alors que le premier coup était décisif, et que l’autre s’était confortablement installé depuis longtemps au creux de ton ventre. Et se gavait. Silencieusement.

Nourri par tous les moyens effrayants de cette époque. Par toutes les nécessités idéologiques et techniques. Par tous les silences et les abandons. Par les identités insistantes, les transformations imposées, la culpabilité et la haine de soi. 

L'autre qui, une fois devenu hégémonique, ouvre toute grande sa gueule et te dévore, t’avale, hop, d’un seul coup, avant même que tu l’aies vu, reconnu. Au moment clé où tu allais enfin vivre. Emerger dans la lumière ; libre et peut-être dangereuse par cette liberté même ! Dangereuse pour les mathématiques militantes. Dangereuse pour la honte instituée. Il était temps que l'autre en toi intervînt...

 

L'autre qui à présent ne se cache plus, éructe comme un mec bourré un soir de match gagné, clame sa victoire par ta propre bouche : « Bientôt, il n’y aura plus personne ! »

 

Ah c’est une solution tout à fait radicale au danger que pourraient représenter, justement, des personnes pour cette époque.

 

Tu n'es pas seule dans ce cas. Nous sommes toutes seules dans ces occasions.


Ironie : tu avais écrit sur cette "expropriation de soi-même", sans soupçonner à quel point elle en était déjà.

 

 

La petite damnée

 

 


Repost 0
Published by
30 octobre 2010 6 30 /10 /octobre /2010 12:05

 

 

Une des émissions "de genre" qui nous distribuent les produits de l'agriculture idéologique (où les idées nous élèvent en plein air) nous causait l’autre soir de la bonté des collectifs "transpédégouines".

 

Qui dit vivantes tait mortes. Qui dit gagnantes tait perdantes. Qui dit collectifs tait fantômes. Il devait y en avoir quelques uns qui voletaient ça et là autour des bonnes paroles qui s’échangeaient.

 

Ou qui ne voletaient pas mais gisaient. Comme des taupes-grillons blessées à mort, au fond de fossés où on leur pisse dessus quelquefois. Ou des serpillières en charpie dans de sales coins de la conscience.

 

 

LGPP

 

 


 

 


Repost 0
Published by
29 octobre 2010 5 29 /10 /octobre /2010 21:59

 

 

Et les couples homos qui commencent d'emblée à se bagarrer pour la possession des mômes tout aussi bien que les couples hétéros. Ca a été encore plus vite que je ne le pensais. 

 

On est en train de sortir du patriarcat et de tous ses sales produits, vous dis-je ! Encore un effort...

 

Porca miseria, comme on dit outre je sais plus quoi. C'est qu'on n'a jamais fini d'égalitariser le cannibalisme, eh oui, tâche ardue et travail de sysiphe (sans jeu de mots).

 

 

http://www.lemonde.fr/societe/article/2010/10/29/homoparentalite-des-droits-reconnus-a-la-mere-sociale-d-un-enfant_1433032_3224.html

 

 

Repost 0
Published by
29 octobre 2010 5 29 /10 /octobre /2010 21:48

 

 

...j'essaierai de me souvenir de moi.

 

Ca ne va pas être facile d'ailleurs. Trop longtemps que je ne me suis vue. 

 

Comme m'écrit une vieille congénère pas du tout militante, et qui a pu ainsi survivre moralement à nos très sales années :"Nous, on ne sera jamais que de vieux éléphants inquiets de tout...."

 

 

 

Repost 0
Published by
26 octobre 2010 2 26 /10 /octobre /2010 20:45

 

 

On a quand même vraiment des têtes de n..., qu'on aille à la procession ou pas, vous trouvez pas ?

 

Des têtes de n... sur tous les aspects possibles, d'ailleurs. Le physique est loin d'être le pire. D'ailleurs tout le monde se ressemble, exactement comme à straightland. Il est vrai qu'en une occasion rituelle où on prie et impècre pour y réclamer des strapontins, c'est sûr qu'y faut se tenir. Mais je m'obstine à penser que ça vient de plus profond.

 

Bref, comme je n'osais pas tout à fait encore le suggérer dans Chimères et coquecigrues, je crois que les histoires trans, et tout particulièrement "trans-politique", ben c'est vraiment pas une réussite, pour rester polie. Et que peut-être on ferait bien d'arrêter les frais. Ou en tout cas de ne plus pousser à la roue.

On a - encore une fois - juste réussi à bétonner un peu plus le présent. Bon après ça peut être un but tout à fait défendable. Encore faudrait-il être clairEs dessus.

Mais pour des tas de choses dont on se frottait les mains d'avance comme des maniaques, eh bien je crois très franchement que c'est raté. Plus que raté : que les dégâts sont déjà considérables et vont se multiplier dans les temps à venir.

 

Peut-être est-ce juste (mais ce "juste" est énorme...) qu'on a, après beaucoup d'autres, oublié ou négligé d'être des personnes ?

 

J'espère être plus explicite le jour où j'aurai retrouvé la parole. Y paraît qu'y a des chirurgiens qui reconstruisent les doudous charclés, dans une zone économique spéciale presque inconnue. 

 

 

La girafe pouic pouic

 

 


Repost 0
Published by
25 octobre 2010 1 25 /10 /octobre /2010 13:22

sophie-la-girafe

Repost 0
Published by
24 octobre 2010 7 24 /10 /octobre /2010 11:43

 

 

Il faut bien y consentir : il n'y a pas que de l'idéologie prédictrice dans les mathématiques sociales qui tient lieu de connaissance du monde aux militantes. Il y a aussi de la bonne vieille expérience, de celle qui tanne le cuir des fortes et expédie les moins fortes ad matres.

Ainsi, la loi qui veut que, dans une relation où il y a de la violence, celle ci réapparaitra plus vite, et identique, à chaque reprise de contact.

Je viens d'en faire l'expé.

 

J'ai une vieille amie, vaccinée et revaccinée, qui se tue à me dire depuis douze ans que je tiens et tiendrai obstinément la place de souffre-douleur dans tout collectif. Et tout particulièrement chez celles qu'elle appelle les chtarbées. Je vous laisse à deviner qui cette personne qui a traversé les cinquantes dernières années dénomme ainsi.

 

Tombée où je suis, je dois bien avouer qu'elle me semble avoir raison.

 

On est souffre-douleur à vie. J'ai commencé à l'école, bien avant que des militantEs me disent "petit petit petit..." (voir La Fontaine, Le chapon et le faucon).

Je vais vous raconter un épisode formateur de ma personalité, comme on dit chez les psys.

 

J'ai commencé ma scolarité en non-mixité féminine. Eh oui, j'étais le rejeton de la surveillante générale et à ce titre toléré jusqu'à la dixième dans son école non-mixte de filles.

Puis je fus versé à l'école de garçons, tout aussi non mixte, un peu plus haut. Et là commença l'enfer, le cauchemar où je suis toujours enfermée, à quarante cinq ans. Battue, méprisée, brimée, etc etc, autant par les élèves que par le corps enseignant, durant des années. Souffre-douleur de service. Comme s'il y avait écrit sur mon front "Battez moi, méprisez moi".

Durant des années, hors vacances, j'ai vécu la peur chaque jour d'y retourner, en sachant ce qui m'y attendait. Evidemment moins violent certains jours, où je bénéficiais de la grâce d'être oublié. Et plus violent d'autres.

 

En septième, l'instituteur, un nommé M.Georges, qu'il rôtisse en enfer pour l'éternité, se mit dans l'idée de m'endurcir. Il inventa pour cela toute une gamme de tourments qui me firent juste me haïr encore plus. Un jour, donc, il décida, dans la cour, de jeter la classe entière sur moi. Non mais réellement, pour me battre jusqu'à ce que je me défende.

Je passe sur le détail, qui d'ailleurs est flou à cette distance de trente cinq ans. Mais je me rappelle d'une chose, c'est que m'étant vaguement redressé, il enjoignit à un (!) autre élève de se ranger à mon côté.

Celui ci en fit mine, goguenard, puis recommença immédiatement à me battre avec les autres.

 

Ca doit être ma première expérience du copinage militant. On est avec toi, mais on va te maraver avec les autres, pasqu'autre chose ne serait sans doute pas convenable. Et qu'il faut que tu t'endurcisse, ma belle. C'est notre devoir envers toi. C'est pour ton bien, quoi.

Après, démerde-toi, bien entendu.

 

Eh bien voilà. Là, gisant sur le carrelage après une suite ininterrompue de deux ans de coups dans la gueule et sur le ventre, comme raconté dans une petite fable récente, je me suis encore jugée coupable de quelque chose et ait eu l'ingénuité de le faire savoir à une personne qui m'a pourtant maltraitée durant des années.

Celle ci a très gracieusement reçu mon cadeau, se l'est emballé pour s'en servir au besoin. Et en très peu de jours s'est mise à réutiliser son arme favorite pour me démolir. Quelque chose qui n'est pas très éloigné, moralement, des méthodes de M.Georges. Me mettre le pied sur la tête et délicatement appuyer.

Elle aussi, ça doit être pour mon bien, dans sa tête de petite cheffe charismatique, qu'elle m'a émiettée et humiliée avec constance. C'était facile. Ca l'est encore plus maintenant qu'après une vie de lutte défensive, seule, contre la honte et le dégoût, je suis à terre. Des fois qu'il en sorte quelque chose quand on appuie. Rien que pour rigoler. L'impression d'être une girafe pouic pouic en plastoc. On appuie, ça couine, c'est marrant, ça n'engage à rien.

Je comprends pourquoi j'ai toujours été émue par ces doudous abandonnées. A les recueillir. Ce sont elles mes vraies soeurs, de condition. Pas celles qui défilent ou qui tiennent boutique.

 

Moralité, ou conclusion : effectivement, ne vous remettez jamais dans les pattes de qui vous a déjà maltraitée. C'est sans espoir.

Mais ça fait mal au ventre. Parce que la charge de souffre-douleur implique que vous aimiez, évidemment, celleux qui vont vous faire du mal. Sans quoi il y manquerait quelque chose d'essentiel.

 

C'est la dure loi des mathématiques !

 

 

LPM

 


 

 

 

Repost 0
Published by
18 octobre 2010 1 18 /10 /octobre /2010 20:32

 

 

Vous avez mal quelque part? Tombez amoureux. L'amour calme la douleur et les scientifiques comprennent maintenant pourquoi: il stimule le système de récompense du cerveau, tout comme une drogue psychoactive, selon une nouvelle étude américaine.

 

Je suis peu coutumière de la littérature psychologique. C’est ainsi que, feuilletant par ordinateur la Libre Belgique, je tombe sur cet article : http://www.lalibre.be/societe/sciences-sante/article/617688/tomber-amoureux-un-remede-contre-la-douleur.html

 

Je feuillette la Libre Belgique ou le Soir de Bruxelles, pasque je m’emmerde, que j’angoisse, que je me trouve dans une précarité puante, et que ça me distrait quelques moments de lire les développements et anecdotes de la énième crise qui va presque faire éclater cet adorable pays, où je me dis des fois que je devrais émigrer. Dans les forêts du Luxembourg. Ou dans les ruines du Hayon. 

 

Mais voilà, je tombe là-dessus, et je lis dans l’exposé de chapeau le mot de récompense. Classe je me dis, y z’en sont encore à Pavlov. C’est vrai qu’à partir du moment où on croit dure comme fer que la raison est issue des sensations, vieille thèse élaborée au dix septième siècle et toujours portée inaltérablement en procession de nos jours (docte article dans Le Monde d'il y a quelques jours), on peut effectivement tout ramener à châtiment et récompense. Et magnifier notre intelligente autant qu’impitoyable société dans laquelle se rater sur le moindre calcul signifie désormais la sortie de jeu, l’exclusion sociale, le fossé.

 

C’est quand même remarquable à quel point les bases même du progressisme déroulent le tapis rouge à un monde de terreur tout à fait tranquille, sans soucis excessifs. Si on est par exemple assez nouille pour ne pas se précipiter d’emblée vers le « comportement », l’habitus qui va vous octroyer la « récompense », et qu’on se met inutilement des bâtons dans les roues, il est évidemment préférable, pour le bien général, qui comme chacun sait, chez les utilitaristes, correspond à la plus grande somme de plaisir amassée, que vous soyez éliminéE au plus vite. Vous faites baisser le taux de satisfaction, bélîtres !

 

Que, comme le soupçonnait le père de Lubac, ce genre de calcul et la civilisation basée dessus conduisissent avec plus ou moins de détour aux exterminations de masse, par le travail, la détention, la guerre ou la faim, où nous pataugeons joyeusement désormais, ma foi, c’est juste un mauvais moment à passer, et si possible pour d’autres.

 

Décidément j’adore la psychologie, l’idéologie du « désir et du plaisir », l’utilitarisme… Que du bonheur, depuis cinq siècles, vous trouvez pas ?

 

 


 

 

Repost 0
Published by
18 octobre 2010 1 18 /10 /octobre /2010 12:06

 

 

Bon, j’ai pas toute ma tête, c’est entendu. Mais le caroussel désormais bien rodé des procès pour infanticides continue. Cette semaine c’est en Savoie. On pourrait presque imaginer des "Grands Jours", comme sous l'Ancien Régime, des commissions judiciaires extraordinaires qui iraient de province en province condamner par fournées les monstres, comme autrefois les sorcières (n'oublions jamais que la grande Chasse aux sorcières, en France, fut le fait des autorités civiles, lesquelles adorent stipuler les valeurs morales - et non d'une "inquisition" qui avait disparu du pays sous Philippe le Bel...) (1)

 

http://www.lemonde.fr/societe/article/2010/10/18/ouverture-du-proces-d-une-mere-infanticide-en-savoie_1427559_3224.html

 

Bien rodé, en tous cas, tout autant que les procès en sorcellerie ou pour empoisonnement. Il n’y a plus la moindre hésitation dans le traitement journalistique, ni semble-t’il judiciaire. Déni de grossesse, papa savait rien, etc etc. Bien entendu ! Si ce n'était ça ce ne pourrait être que pire, alors... C’est à se dire que bientôt ou pourra mettre en place un « plaider coupable » spécifique. « Combien ? Un, trois, huit ? », allez, hop, tant d’années, vagues circonstances atténuantes, haïssez vous bien, mère infâme, pour le reste de vos jours. Á la suivante !

 

Non mais – on a quand même l’impression qu’on en est là, nan ? Et, comme je le disais déjà, s’organise désormais par derrière tout le contingent de surveillance indispensable. Onan fut frappé pour avoir « laissé tomber sa semence à terre ». Il n’en est guère autrement pour les nanas estourbisseuses de lardons.

 

Il y a perte. Le mot est lâché, comme une sale bestiole puante et malveillante. La perte est l’aspic, le basilic de notre admirable temps. Il ne faut jamais perdre ni se perdre. D’ailleurs, la trique est là, automatique. Comme me dit une vieille copine, il y a quarante ans on se laissait choir, on se relevait souvent. Á présent plus question, la perte est définitive. Et par conséquent ce n’est plus un accident ou même une aventure, c’est un crime. Tu as causé une perte : tu paieras jusqu’à la fin de tes jours, au-delà même de ce que tu peux payer d’ailleurs.

 

Non mais, vous trouvez pas que c’est un cauchemar, ce monde anti-perte, où il faut toujours s’étendre, gagner, au moins se préserver (la fameuse « logique d’assurances ») ; avoir donc, puisqu,à part une minorité on est je ne sais combien sur un gâteau fort réduit, toujours quelqu’unE à qui réclamer, dans ce jeu ignoble où il doit forcément y avoir des perdantEs.

Songez que, dans des procès en infanticide, on a mis en ligne de bataille comme partie civiles des enfants qui auraient été privéEs ( !!!!) de frèretsœeurs ! En fait on cherche partout la perte possible, parce que c’est un facteur d’enrichissement, de croissance, de cannibalisme légal et respecté !

 

Là encore, si on ne veut pas s’enfoncer toujours plus avant dans une épouvantable barbarie, il importerait de rétrograder au plus vite.

 

Sinon… Il y a toujours ces fameux congélateurs. J’avoue, je n’ai pas l’attirail nécessaire à engendrer, je ne vis pas avec mari et enfants, donc je ne suis pas outillée pour comprendre sans doute. Je suppose que beaucoup ont très logiquement choisi l’enterrement dans des lieux tranquilles, et je respire. Mais le congé… Bien sûr, on peut juste admettre, comme une vieille copine, fondatrice du Planning, pas effarouchée par ce qui aujourd’hui fait trembloter sur leurs strapontins les petites arrivistes gestionnaires, et dire dans un éclat de dire « Ben on va acheter des congélateurs… ». Mais je ne suis pas convaincue. Il y a quelque chose qui s’articule à l’angoisse de ce monde et qui m’inquiète.

Les corps conservés. Ça arrive. Je songe à touTEs ces saintEs en vitrine. Depuis des époques où on ne congelait guère, sous nos latitudes.

Je songe à Varlam Chalamov, ce très grand écrivain, qui conserva longtemps dans son frigo, en pleine époque soviétique, le corps de son chat qu’un voisin (qu’il rôtisse en enfer !) avait assassiné.

 

Mais j’ai du mal. J’avoue, pour moi il n’y a que l’enterrement. Et le retour à la poussière. Je tique même devant l’expéditif de l’incinération. Pour ma part je veux fermement être enterrée, dans un petit cimetière de campagne.

 

Enfin, je dévie…

 

Mais j’y reviens. Beh oui, pas progressiste pour un sou et même contre-révolutionnaire, mais plus on s’enfonce dans un monde dont le principe est « tu me dois quelque chose, forcément, et je bouffe conséquemment », plus ce monde sera barbare et cannibale. Échec plus qu’historique. Jeter par-dessus bord, s’il est encore temps et possible, la logique de revendication et d’accroissement. Je ne peux que me répéter – ce dont je n’ai pas tellement honte vu comme les revendicateurices se répètent elleux-mêmes.

 

Et cesser d’emmerder les nanas qui se débarrassent de leurs aliens !

 

 

 

(1) En fait, à ma connaissance, les "Grands Jours" provinciaux n'ont pas servi dans les procès en sorcellerie, instruits par des tribunaux ordinaires, avec quelquefois intervention directe de l'état, comme dans le cas de Loudun. Mais n'empêche, on ne peut se défendre d'imaginer quelque chose de ce genre !

 

 


 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by

La Bestiole

  • : Divergence transse, féministe, communiste - Le placard à Plume, la fem-garoue
  • : Ébranchée, schlemihlah, communiste, féministe - la transse la moins queer, la moins fun, la plus antisexe, antinaturaliste, antisubjectiviste du quart sud-est. Clodote d'hamsterlande, casserole détachée de la queue de l'alternoféminisme. A gauch' de la gauch' de la gauch' de l'extrême gauche. Résolument opposée aux backlashes pro sexe, pro marché, pro nature, pro religion, pro peuple, pro nation, comme aux catéchismes moraux-politiques en tous genres. Moderniste négative, moniste, novatrice ; philogyne, philosémite. Pour un anti-monde de nanas paresseuses et la ruine radicale de la masculinité, de l'économie, de la sexualité, de la fierté, du pouvoir.
  • Contact

ni alliées, ni amies, ni copines, ni soeurs ; autonomies transses

.

Recherche

Épines